Yom Kippour

En cours d’actualisation …

Le 10 e jour du septième mois (Tishri) est la fête appelée Yom Ha-Kipurim (ou Yom Kippour), « Le Jour du Grand Pardon ». Ceci est une journée consacrée au jeûne et à la prière sur laquelle nous demandons à l’Eternel d’expier nos péchés
«Vous humilierez vos âmes »

Sur cette fête, la Torah nous ordonne d’«affliger nos âmes (‘Inui Nefesh en hébreu) » 

Source dans la Torah écrite

Lévitique 16:29-31
Et ceci sera pour vous une ordonnance perpétuelle: au septième mois, le dixième jour du mois, vous humilierez vos âmes, et vous ne ferez aucune œuvre, ni celui qui est du pays, ni l’étranger qui séjourne au milieu de vous;…Ce sera pour vous un shabbat, un jour de repos, et vous humilierez vos âmes; c’est une ordonnance perpétuelle.

Lévitique 23:27-32
Le dixième jour de ce septième mois sera le jour des expiations; vous aurez une sainte convocation, vous humilierez vos âmes, et vous offrirez à l’Éternel des sacrifices faits par le feu.
Vous ne ferez aucune œuvre ce jour-là; car c’est le jour des expiations, où doit être faite pour vous l’expiation devant l’Éternel votre Dieu.
Car toute personne qui ne s’humiliera pas ce jour-là, sera retranchée du milieu de son peuple.
Et toute personne qui fera ce jour-là une œuvre quelconque, je la détruirai du milieu de son peuple.
Vous ne ferez aucune œuvre; c’est une ordonnance perpétuelle pour vos générations, dans toutes vos demeures.
Ce sera pour vous un sabbat, un jour de repos, et vous humilierez vos âmes. Le neuvième jour du mois, au soir, d’un soir à l’autre soir, vous célébrerez votre shabbat.

Nombres 29:7
Et au dixième jour de ce septième mois vous aurez une sainte convocation, et vous affligerez vos âmes ; vous ne ferez aucune oeuvre.

Le Jeune

«Affliger l’âme» signifie « jeûner » En hébreu biblique l’expression «humilier vos âmes» signifie «jeûner» (Tzom – צום).

L’expression hébraïque «InuI Nefesh » traduit par « affliger l’âme  » signifie le jeûne:

 

Source dans la Torah écrite
Tehilim 35:13
Mais moi, quand ils étaient malades, je me couvrais d’un sac,j’affligeais mon âme par le jeûne, et ma prière revenait sur mon sein.

Tehilim 69:10
Et j’ai pleuré en jeûnant : mais cela m’a été tourné en opprobre.

Esaïe 58:3
Pourquoi avons-nous jeûné, sans que tu y prisses garde, et affligé nos âmes, sans que tu le connusses? Voici, dans votre jour de jeûne, vous faites votre volonté et vous traitez durement tous vos mercenaires.

Esaïe 58:5-6
Est-ce là le jeûne auquel je prends plaisir, un jour où l’homme afflige son âme? Est-ce de courber sa tête comme un jonc, de se coucher sur le sac et la cendre? Appelleras-tu cela un jeûne, un jour agréable à l’Éternel?
N’est-ce pas plutôt ici le jeûne auquel je prends plaisir, qu’on dénoue les liens de la méchanceté, qu’on délie les courroies du joug, qu’on renvoie libres les opprimés, et que tout joug soit brisé?

Le jeûne et la pénitence

Joël 2 nous apprend que le jeûne doit être accompagné d’une repentance sincère:

Source dans la Torah écrite

Joël 2:12-14
Maintenant donc aussi, dit l’Eternel, retournez-vous jusqu’à moi de tout votre coeur, avec jeûne, avec larmes, et lamentation.
Et déchirez vos coeurs, et non pas vos vêtements, et retournez à l’Eternel votre Dieu ; car il est miséricordieux et pitoyable, tardif à colère, et abondant en miséricorde, et qui se repent d’avoir affligé.
Qui sait si l’Eternel votre Dieu ne viendra point à se repentir, et s’il ne laissera point après soi bénédiction, gâteau, et aspersion ?

Le jeûne et la charité

Le jeûne doit s’accompagner d’une action juste et le jeûne et la prière d’une personne qui opprime ou néglige les pauvres et les affamés ne peuvent être reçus.

Source dans la Torah écrite
Esaïe 58:1-12

6 N’est-ce pas plutôt ici le jeûne que j’ai choisi, que tu dénoues les liens de la méchanceté ; que tu délies les cordages du joug, que tu laisses aller libres ceux qui sont foulés ; et que vous rompiez tout joug ?
7 N’est-ce pas que tu partages ton pain à celui qui a faim ? et que tu fasses venir en ta maison les affligés qui sont errants ? quand tu vois un homme nu, que tu le couvres, et que tu ne te caches point arrière de ta chair ?
8 Alors ta lumière éclôra comme l’aube du jour, et ta guérison germera incontinent, ta justice ira devant toi, [et] la gloire de l’Eternel sera ton arrière-garde.
9 Alors tu prieras, et l’Eternel t’exaucera ; tu crieras, et il dira ; me voici. Si tu ôtes du milieu de toi le joug, [et que tu cesses] de hausser le doigt, [et] de dire des outrages ;
10 Si tu ouvres ton coeur à celui qui a faim, et que tu rassasies l’âme affligée ; et ta lumière naîtra dans les ténèbres, et les ténèbres seront comme le Midi.

 Un jeûne implique les actions suivantes

Pleurer (c. prière intense), voir Torah écrite :  Psaume 69,11; Joel 2,12
Enfiler le sac et la cendre de mettre de la poussière ou de la tête (un signe ou un deuil), voir Torah écrite : Daniel 9,3, Néhémie 9,1
Pénitence et de prière, voir Torah écrite  Esther 9,31; 1,14 Néhémie; Esaïe 58 passim

Interdiction de travailler
Le travail est interdit à Yom Kippour
En plus des aspects ci-dessus de jeûne, le travail de n’importe quelle forme est interdite sur le Jour de l’Expiation, comme allumer un feu et cuire les aliments. Alors que de nombreuses fêtes sont décrits comme une «Shabbaton » (temps de repos), Yom Ha-Kipurim est décrit comme un Shabbat-Shabbaton (Sabath de repos-temps) et toutes les choses interdites le jour du sabbat sont également interdits le jour du Yom Ha-Kipurim.